Tout savoir sur les allergies au cannabis CBD et THC (et les éviter)

Avec le développement du marché cannabique, de plus en plus de consommateurs osent parler des bienfaits, mais aussi parfois de leurs problèmes suite à la consommation de chanvre ou de l’utilisation d’un dérivé. Cela concerne notamment l’apparition de symptômes allergiques. Les équipes de Weedy reviennent aujourd’hui sur les risques d’allergie liés à la consommation de cannabis THC : existent-ils, quels sont-ils et comment les gérer ?

Peut-on être allergique au cannabis THC ?

allergènes cannabis min

Les allergènes du cannabis se diffusent dans l’air ou lors de la consommation

Brisons tout de suite un tabou : oui, le cannabis contient des allergènes. La première description de symptômes allergiques liés à la consommation de chanvre remonte à 1971. En raison du caractère illicite de la substance dans la plupart des pays, il existe néanmoins relativement peu d’études sur le sujet. Il semble également que très peu de consommateurs développent des réactions allergiques au THC ou à d’autres composants du cannabis. Entre le manque de visibilité et le faible risque d’allergie identifié à ce jour, il est donc difficile de se prononcer de manière claire et précise sur les allergies au cannabis THC.

Il semble cependant sûr d’affirmer que oui, il est possible d’avoir une allergie au cannabis THC. Le risque comme la majorité des symptômes ne justifient cependant pas de s’inquiéter outre mesure. Des chercheurs ont également identifié que les allergènes du chanvre se situent à la fois dans la fumée, dans la plante et dans le pollen.

Allergie au cannabis THC : des symptômes différents selon le mode de consommation

allergie cannabis problèmes respiratoires min

Comme de nombreuses autres plantes, le cannabis peut provoquer une conjonctivite

Le mode de prise, ou en tout cas la façon dont nous entrons en contact avec le cannabis ou l’un de ses dérivés peut influer sur les éventuels symptômes provoqués.

  • Inhalation des allergènes (en fumant un joint de cannabis ou respirant du pollen par exemple) : elle peut entraîner des problèmes respiratoires et notamment une inflammation de la muqueuse nasale, une conjonctivite, de l’asthme ou un gonflement des paupières.
  • Application locale: elle peut entraîner des réactions cutanées et d’autres symptômes, par exemple un œdème ou de l’urticaire.
  • Ingestion : elle peut entraîner certaines rares réactions violentes chez les consommateurs sujets aux allergies, dont un choc anaphylactique. Cela concerne principalement l’ingestion de graines de cannabis ou de thé à la marijuana.

Attention toutefois, ce n’est pas parce que votre corps réagit de façon inattendue suite à l’utilisation d’un produit au cannabis que vous êtes allergique au chanvre lui-même. Pensez toujours à regarder de près la liste des ingrédients : de nombreux allergènes peuvent s’y cacher. Un exemple ? Si votre peau devient rouge ou si vous souffrez d’une éruption cutanée suite à l’application d’un produit solaire au CBD ou d’une huile CBD pour soulager l’acné, il se peut que l’huile soit la responsable, et non le cannabis. Certaines huiles sont en effet dites « comédogènes » et ont la fâcheuse tendance de boucher les pores de la peau.

Peut-on être allergique au CBD ?

Bonne nouvelle, le CBD (cannabidiol sous sa forme complète) ne comporte que très peu d’effets secondaires et aucun d’entre eux n’est particulièrement dangereux pour la santé. D’ailleurs, la plupart de ces effets ne se manifestent qu’en cas de dosage particulièrement important et se limitent généralement à des nausées, à une bouche sèche et/ou à des épisodes de somnolence. Il ne semble donc que très peu probable que vous soyez allergique au CBD. Si vous consommez des fleurs de CBD ou de la résine, il est toutefois possible dans certains cas de constater l’une des rares réactions allergiques évoquées plus haut.

Elle ne sera néanmoins pas directement causée par le CBD, mais plus probablement par un autre composant du chanvre (trace de THC ou pollen par exemple). En consommant un isolat de CBD, il n’existe cependant pas de risque allergique majeur connu.

Autre fait intéressant, en agissant sur notre système endocannabinoïde, le CBD pourrait au contraire contribuer à limiter les allergies, notamment grâce à sa capacité de renforcer le système immunitaire et de limiter les inflammations. Ce faisant, il pourrait empêcher la libération d’histamines, responsable de bon nombre de réactions allergiques dont celles au pollen.

Allergie au cannabis CBD : peut-on faire être allergique à l’huile CBD ?

Oui et non. Là encore, le CBD seul n’est pas responsable d’allergie, qu’il soit mélangé à une base d’huile végétale ou non. Par contre, certaines huiles CBD, dites à spectre large (broad spectrum) ou à spectre complet (full spectrum), sont fabriquées à partir de plants de chanvre entiers. Il est alors possible qu’une (petite) partie du pollen se retrouve dans le produit fini. Cela est bien entendu plus léger qu’au contact de la plante elle-même. Néanmoins, des allergènes peuvent être présents.

De plus, seuls les plants mâles produisent du pollen. Or, le CBD est extrait des plants femelles. La présence de pollen dans l’huile n’est donc possible que s’il y a pollinisation croisée, ce qui arrive généralement dans la nature ou dans les cultures en extérieur. Avec une culture sous serre ou en intérieur, le risque est donc on ne peut plus faible. En optant pour une huile CBD extraite proprement, le risque d’allergie au cannabis CBD est quasiment réduit à 0. Pour cette raison et quelques autres, les dérivés du CBD vendus sur Weedy.fr privilégient une extraction au CO2, la plus propre du marché (en comparaison des extractions à base d’huile ou de solvant).

Allergies croisées au chanvre et cofacteurs

La structure chimique des allergènes du chanvre est proche de celle d’allergènes d’autres fruits et légumes. Cette proximité chimique entraîne un risque d’allergies croisées avec certains fruits et légumes. Plus précisément, le phénomène a été nommé « syndrome cannabis-fruit-légume » [lien en anglais].

Ce que les scientifiques ont pu mettre en lumière est la présence commune dans de nombreux fruits et légumes ainsi que dans le cannabis de protéines de transfert de lipides (ou LTP, pour Lipid transfer proteins). Plus simplement, ces protéines sont en charge de transporter les acides gras à travers l’organisme. La LTP présente dans le cannabis porte le nom de Can s 3. Combinée à d’autres LTP de structure très proche, elle présente un risque d’allergie croisée.

C’est notamment le cas de la consommation combinée de cannabis avec d’autres végétaux comme la cerise, la pomme, la tomate, le pamplemousse, la noisette, la châtaigne et même le latex.

allergie croisée chanvre fruits min

L’association cannabis + fruits ou légumes peut intensifier une allergie

Le rôle des cofacteurs dans les allergies au chanvre

Les allergologues nous mettent également en garde contre ce que l’on appelle les cofacteurs : des comportements qui peuvent favoriser la sévérité d’une réaction allergique. Trivialement, si un individu ne réagit que très faiblement au caractère allergène du cannabis, il est possible que certains éléments mis bout à bout amplifient cette réaction. Certains cofacteurs ont d’ores et déjà été identifiés et notamment :

  • La consommation d’alcool,
  • L’activité sportive avant la prise de cannabis,
  • La période prémenstruelle,
  • La prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens, ou AINS (Ibubrofène, Nurofen, Arthrocine par exemple).

Pour conclure : l’allergie au cannabis est-elle une allergie au THC ?

Là encore, le manque de sources et de recherches abouties invite à la prudence. Certaines indiquent une prédisposition des sativas à être plus irritantes que les indicas. D’autres que le taux de THC contribuerait à l’intensité des réactions allergiques. Ainsi, plus la variété de chanvre contient de THC et plus le risque allergique pourrait être important, laissant penser que le THC pourrait à lui seul être un allergène.

Ces premières conclusions, comme beaucoup d’autres, encouragent donc à se tourner vers des produits moins chargés en THC, ce qui a également comme avantage certain de ne pas entraîner d’effets psychotropes et également d’éliminer le risque d’addiction à la substance. Un bon point pour le cannabis CBD légal, dont le taux de THC est strictement contrôlé et doit être en dessous de 0,2% pour pouvoir commercialiser le produit. Les extraits sont quant à eux généralement garantis sans THC. C’est notamment le cas de nos huiles CBD, nos cristaux et nos e-liquides au CBD.

Il convient dans tous les cas de prendre ses précautions et donc d’être attentif à d’éventuels symptômes. Si vous constatez une réaction inhabituelle suite à une prise de cannabis, légal ou non, demandez conseil à un professionnel de santé sans plus attendre. Il semble également que nombre de réactions allergiques au cannabis soient entraînées non pas par la plante elle-même mais par la présence de moisissures sur les fleurs, notamment entraînées par un mauvais stockage. Veillez ainsi toujours à utiliser des produits de qualité et à bien conserver votre CBD. Vous éviterez ainsi la majorité des risques d’allergie au cannabis !

Partagez: