Panier Article supprimé. annuler
  • Aucun produit dans le chariot.
Le CBD est autorisé par l’Agence mondiale antidopage

Effets du cannabidiol (CBD) et sport : évidence ou dopage ?

Le cannabidiol, ou CBD, est réputé pour ses effets apaisants, tant pour le corps que l’esprit. Dès lors, la question de son intérêt dans le cadre de la pratique du sport se pose. Ne pourrait-il pas contribuer au mental d’un sportif qui s’apprête à servir pour le match, au relâchement musculaire après une course ou à trouver le sommeil la veille d’une finale ? Et, le cas échéant, la prise de CBD est-elle autorisée par les différentes fédérations sportives, Agence antidopage en tête ? C’est ce que nous vous expliquons ici.

Le CBD permettrait de détendre les muscles après le sport
Le CBD permettrait de détendre les muscles après le sport

Pourquoi associer cannabidiol et pratique sportive ?

Les effets du CBD sont nombreux, et de mieux en mieux connus. Loin de pouvoir tous les détailler ici, rappelons que l’état actuel de la recherche scientifique nous amène à penser qu’il pourrait notamment être utile dans les situations suivantes :

En sus de ces avantages certains, le CBD ne présente en plus pas d’effets secondaires notoires connus, et n’est certainement pas addictif, contrairement au THC, un autre cannabinoïde bien connu. Pour les athlètes, le CBD représente également l’espoir d’une alternative aux analgésiques opioïdes, interdits de longue date du fait de la dépendance qu’ils entraînent. Les intérêts du CBD dans le cadre d’une pratique sportive semblent donc tout à fait intéressants.

Se pose alors une question primordiale pour tout sportif qui se respecte : est-il autorisé de consommer du cannabidiol lorsque l’on est un athlète de haut niveau ?

Le CBD n’est pas un produit dopant

Sans plus de suspense, allons droit au but : oui, il est tout à fait autorisé de consommer du CBD dans le cadre de la pratique d’un sport, y compris au niveau professionnel. Selon l’Agence mondiale antidopage elle-même, le CBD n’est pas un produit dopant. La fondation antidopage, basée à Montréal, va même plus loin en précisant que « tous les cannabinoïdes naturels et synthétiques sont interdits, à l’exception du cannabidiol (CBD) ».

Le monde du sport professionnel continue néanmoins de faire la chasse au THC et, dans une moindre mesure, aux autres cannabinoïdes identifiés, quels que soient leurs effets avérés. Le cannabinol (CBN) et le cannabigérol (CBG) font ainsi notamment partie des cannabinoïdes explicitement écartés de la liste des produits autorisés dans le sport.

Le CBD est autorisé par l’Agence mondiale antidopage
Le CBD est autorisé par l’Agence mondiale antidopage

Quels produits au CBD consommer pour le sport ?

Comme le spécifie l’Agence mondiale antidopage, le CBD est le seul cannabinoïde autorisé. Il ne peut donc, dans le cadre d’une compétition sportive, être utilisé que sous forme d’isolat. Le risque pour les sportifs ne réside en effet pas dans la consommation de CBD, quelle qu’en soit la forme (huiles de CBD, crème et baumes arrivent alors en tête des produits les plus pratiques à utiliser), mais dans les autres ingrédients entrant dans la composition de ces produits.

En effet, nombreux sont les produits qui permettent aux consommateurs de bénéficier de l’effet d’entourage permis par la présence d’autres cannabinoïdes. C’est le cas notamment des huiles, mais également de certaines crèmes et nombreux autres produits dérivés. Leur simple présence peut pourtant suffire à rendre un contrôle antidopage positif et sont donc à écarter. La clé est alors de n’acheter que des produits au CBD d’excellente qualité, dont la composition est indiquée avec précision. Tout produit indiquant « spectre complet » (tous les cannabinoïdes) ou « spectre large » (tous les cannabinoïdes aux effets positifs) est donc à bannir de la liste d’achat des sportifs.

Fumer du cannabis et faire du sport : est-ce compatible ?

Non. Tout d’abord du fait de l’interdiction en France de fumer du cannabis, même s’il s’agit d’une variété légale. Ensuite parce que la fumée a un impact direct sur la santé, tout particulièrement sur les poumons, ce qui n’est évidemment pas recommandé, y compris lorsque l’on est sportif.

Certaines variétés de fleurs de CBD, comme la Therapy CBD ou la Remedy ont été tout spécialement développées pour leur richesse en cannabidiol. Pour autant, le CBD ne peut être considéré comme un médicament en France, comme dans la plupart des autres pays européens. Il est donc à consommer et considérer pour ce qu’il est : une plante riche en principes actifs donc les nombreux effets peuvent contribuer à la relaxation, la détente musculaire ou la recherche du sommeil. Il ne s’agit pas non plus de variétés qui peuvent assurer à leurs consommateurs l’absence totale d’autres cannabinoïdes que le CBD. Elles ne peuvent donc être recommandées aux sportifs.

Seuls les isolats de CBD sont autorisés en compétition sportive
Seuls les isolats de CBD sont autorisés en compétition sportive

CBD dans le sport : est-il utilisé en pratique ?

Le cannabidiol est donc une molécule non seulement utile aux sportifs, mais également autorisée par les fédérations. Une bonne nouvelle pour de nombreux professionnels, qui commencent à profiter de ses effets avant et après des compétitions majeures. Pour autant, le manque de recul par rapport à ces nouveaux produits, et la relative difficulté à s’assurer de leur composition, souffle encore le chaud et le froid dans le monde du sport, avec des grands convaincus, et d’autres qui ont encore quelques réticences face à la crainte (justifiée ou non) du contrôle antidopage.

Parmi les convertis, on retrouve ainsi les rugbymen anglais George Kruis et Dominic Day qui, en plus de leur contribution au XV de la Rose ont créé ensemble une entreprise de vente d’huile de CBD. Une initiative qui s’est imposée à Kruis suite à la découverte des effets antiinflammatoires du produit faisant suite à une opération à la cheville.

La triathlète américaine Lauren Goss a certainement un autre avis sur la question puisqu’elle a écopé, en 2019, d’une suspension de six mois après avoir été contrôlée positive au Carboxy-THC. Une surprise pour celle qui n’aurait, selon ses déclarations, utilisé qu’une pommade riche en CBD pour traiter une blessure musculo-squelettique. Aucune preuve n’a cependant été apportée pour confirmer ses dires.

Panier Article supprimé. annuler
  • Aucun produit dans le chariot.