Panier Article supprimé. annuler
  • Aucun produit dans le chariot.

Indica ou Sativa ? Les sous-espèces de cannabis et leurs différences

Il est difficile de parler de sous-espèces de cannabis avec précision. En effet, selon les époques, les cultures, voire les différentes études scientifiques qui s’y intéressent, les définitions varient, tout comme le nombre d’espèces et sous-espèces distinctes. Depuis le début du XXIème siècle, la plupart des ressources d’autorité semblent s’accorder sur l’existence d’une espèce commune, divisée en différentes sous-espèces. Les familles indica ou sativa sont les plus connues, mais pourtant pas les seules. On distinguerait ainsi 4 sous-espèces de cannabis principales, que nous vous présentons ici en détails.

Une même famille, différentes sous-espèces de cannabis

Sativa-plante
Ce plant de Sativa se distingue par la taille et la forme distinctive de ses feuilles

Les principales plantes du genre cannabis peuvent toutes être regroupées en une seule et même espèce : le cannabis sativa L. Au sein de cette espèce, il est ensuite possible de distinguer différentes sous-espèces. Dans le cas du cannabis, cette distinction se fait sur la base du phénotype : les caractéristiques physiques des plantes.

Le phénotype se manifeste donc par des spécificités visibles, observables à l’œil nu. Il se base sur le génotype des plantes, regroupant quant à lui les données génétiques caractérisant chaque plante. Concrètement, les différentes sous-espèces de cannabis sont principalement déterminées par des éléments tels que la taille du plant, la forme des feuilles ou encore l’aspect physique des fleurs. Combinées, ces caractéristiques permettent de classer une plante dans la sous-espèce de cannabis correspondante : afghanica, ruderalis, indica ou sativa.

Sativa : le chanvre cultivé

Sativa-tête
Les fleurs de sativa poussent sur des plants plus hauts, aux feuilles longues et fines

Les plants de cannabis sativa, ou chanvre cultivé, sont originaires des régions équatoriales comme la Jamaïque. Habituée à la chaleur, la sativa est une plante haute qui atteint facilement plusieurs mètres de hauteur (jusqu’à 6 mètres), et ce en quelques mois à peine. Elle se distingue également par des feuilles longues et fines.

Dans l’industrie, la sativa est particulièrement appréciée par la force de ses fibres, qui peuvent être utilisées dans des domaines aussi variés que la construction, les cosmétiques ou la papeterie. Ses fibres forment d’ailleurs une excellente matière première au tissage de cordages ou tissus.

Consommée, elle est connue pour ses effets psychotropes et sa haute teneur naturelle en THC. On lui prête alors des effets euphorisants, apportant à son consommateur une forte dose d’énergie. Elle est ainsi souvent préférée pour une utilisation en journée puisqu’elle agit directement sur le cerveau. Elle motive, excite et encourage la créativité. La Diesel, la Jack Herrer, l’Amnesia et la Haze comptent parmi les variétés de sativa célèbres.

Grâce à la sélection et reproduction de plants à faible teneur en THC et à forte concentration en CBD, il existe désormais des plants de sativa parfaitement légaux en France, en Belgique, au Luxembourg et dans le reste de l’Europe. Ce sont notamment ces plants approuvés par l’UE qui sont utilisés comme chanvre industriel ou à l’origine des produits proposés par Weedy.

Indica : le chanvre indien

Indica-tête
Les fleurs d’indica sont plus rondes et poussent sur des plants buissonnants

Contrairement à la sativa, le cannabis indica, ou chanvre indien nous vient tout droit des régions himalayennes du nord de l’Inde qui lui ont donné son nom. Loin de ne se distinguer que par son origine géographique, elle se présente sous la forme de plants bas, touffus, souvent buissonnants. Avec des feuilles elles-aussi larges, elle ne dépasse que très rarement les 3 mètres et est donc facilement reconnaissable en comparaison directe avec l’indica. De plus, elle fleurit plus rapidement et est généralement plus fertile, ce qui en fait généralement le premier choix des cultivateurs amateurs.

L’indica est à la nuit ce que la sativa est au jour. Réputée pour ses effets psychotropes prononcés, l’indica agit avant tout sur le corps. Elle est donc plébiscitée des consommateurs qui souhaitent se relaxer, apaiser leurs douleurs ou favoriser la phase d’endormissement. L’indica a également la réputation de stimuler l’appétit. Si la sativa provoque un effet high, l’indica se distingue au contraire par un effet stone, plus assommant, mais aussi détendant. Naturellement, les variétés indica sont d’ailleurs plus riches en CBD, un cannabinoïde réputé pour ses effets calmants.

Northern Lights, Kush, LA Confidential et Skunk sont quelques exemples d’indica célèbres.

Ruderalis : le chanvre sauvage

La ruderalis, ou chanvre sauvage, n’est pas toujours considérée comme une sous-espèce de cannabis à part entière, contrairement à l’indica et la sativa qui sont quasi systématiquement présentées comme les deux familles principales du cannabis. Pour autant, les différences physiques de la ruderalis (spontanea) méritent que l’on s’y intéresse distinctement.

Originaire d’Asie de l’Est, on la retrouve désormais en Europe centrale et de l’Est, où elle pousse à l’état sauvage. Il faut dire qu’elle résiste plus facilement aux climats froids que ses cousines. Considérée comme une mauvaise herbe, elle s’adapte facilement, grâce à sa petite taille. Naturellement faible en THC (généralement pas plus de 0,5%), elle ne présente que peu d’effets psychotropes et est fréquemment utilisée dans la création d’hybrides.

Afghanica : le chanvre afghan

L’afghanica, ou chanvre afghan, est une sous-espèce de cannabis, et plus précisément de chanvre indien poussant principalement en Afghanistan et au Pakistan. Proche en taille de la Ruderalis (environ 1,50 mètres de hauteur), l’afghanica est au contraire gorgée de THC, ce qui lui vaut une très large utilisation dans la production de résine. Sa petite taille la disqualifie quasiment de toute utilisation industrielle pour ses fibres. L’afghanica est par conséquent principalement exploitée pour le marché noir.

Hybrides : créations humaines

Les hybrides sont des sous-espèces de cannabis créées artificiellement par croisement. Des plants sont tout d’abord sélectionnés pour leurs caractéristiques propres, puis reproduits entre eux afin d’obtenir de nouvelles variétés, reprenant les spécificités tant appréciées chez les parents. Plusieurs éléments peuvent pousser à la sélection d’un plan spécifique : sa vitesse ou l’abondance de sa floraison, sa teneur en cannabinoïdes, son bouquet de terpènes (arômes), sa richesse en résine, ou encore sa résistance aux maladies. Grâce à l’hybridation, il est possible d’obtenir des plants d’une même sous-espèce, mais aussi des associations sativa/indica reprenant des caractéristiques des deux familles.

Panier Article supprimé. annuler
  • Aucun produit dans le chariot.