La culture du chanvre en France : situation et opportunités

Fait étonnant lorsque l’on connait la réticence du Gouvernement concernant la consommation de cannabis, la France est le deuxième producteur mondial de chanvre industriel. Très strictement encadrée, la culture du chanvre en France offre cependant d’excellentes opportunités économiques et fait la promesse de nombreuses créations d’emploi. Qu’en est-il de la législation exacte ? Dans quelles conditions cultiver du chanvre sur sol français et que nous réserve l’avenir, notamment avec le développement du marché du CBD ? Weedy répond à vos questions.

France : le deuxième producteur mondial de chanvre

Culture-chanvre-France
La culture du chanvre en France couvre environ 8000 hectares de terrain

Bien qu’extrêmement restrictive sur les produits dérivés du cannabis et leur consommation, la France n’en est pas moins le deuxième producteur mondial, après la Chine. Il faut dire que l’hexagone aime à établir une distinction nette entre le chanvre industriel et le cannabis, également appelé chanvre récréatif. Pourtant, en dehors de leur teneur en THC, la molécule psychoactive du cannabis, rien ne distingue ces deux plantes qui appartiennent à une seule et même espèce : le cannabis sativa L.

Historiquement très présent en France, le chanvre était cultivé sur environ 170’000 hectares au XIXème siècle, au sommet de son exploitation nationale. Cet héritage a laissé des traces jusqu’à aujourd’hui. La célèbre cannebière de Marseille signifie en effet « plantation de chanvre » en provençal, le port phocéen ayant autrefois été l’un des plus grands comptoirs de chanvre au monde. De même la carmagnola, une variété de cannabis italien, a donné son nom au célèbre chant révolutionnaire.

En perdition depuis le début du XXème siècle, la culture du chanvre en France connait cependant un regain d’énergie. Elle avoisine ainsi désormais les 8000 hectares, dont près de 5000 en Champagne-Ardenne, son bassin de production principal. Le chanvre est aujourd’hui majoritairement présent en Île de France, Normandie, Bourgogne, ainsi que dans la Manche, l’Aube et les Pays-de-la-Loire.

Culture du chanvre en France, pour quelles utilisations ?

Boutures-chanvre
Chaque partie du chanvre français est destiné à un usage précis

Le chanvre français est exclusivement destiné à un usage industriel. Chaque partie de la plante est utilisée à des fins spécifiques, potentiellement par des secteurs industriels distincts. Les fleurs et fleurs sont cependant considérées comme déchets industriels et sont détruites.

Les graines de chanvre, également appelées chènevis, sont ainsi utilisées telles quelles, notamment dans l’alimentation. Pressées, elles permettent l’obtention d’une huile naturellement riche en omégas-3 et omégas-6. Elle est largement utilisée en cuisine ou comme composant de produits cosmétiques.

La partie ligneuse du chanvre industriel, également appelée chènevotte, a quant à elle des propriétés communes avec le bois et est appréciée pour sa production de cellulose. Elle est utilisée comme protection d’autres végétaux durant l’hiver (paillage) et sert également de litière animale. Les fibres de la tige sont particulièrement polyvalentes. On les retrouve largement en papeterie (papier bible et autres papiers spéciaux), dans le bâtiment (isolation) ainsi que dans l’industrie textile (cordages, toile de jeans).

Législation de la culture du chanvre en France

La culture du chanvre en France est soumise à la législation européenne. Celle-ci stipule qu’un plant de cannabis sativa L. peut être cultivé et exploité commercialement si le plant contient moins de 0,2% de THC, la substance psychoactive du cannabis. Il doit également appartenir à une variété de chanvre listée et autorisée par le gouvernement français, au nombre de vingt-quatre suite à l’arrêté du 30 septembre 2019, article 1. Le produit fini doit enfin se caractériser par son absence de THC.

Vers une ouverture de la culture du chanvre en France ?

Selon des chiffres publiés en 2017 par un collège de producteurs et de transformateurs de chanvre français, 89% du poids (79% de la valeur économique) de la production annuelle issue de la culture du chanvre en France est destinée à la création de paille. Les 11% restants (21% en valeur) constituent la production de chènevis.

Ouvrir la filière à l’exploitation du CBD représenterait pour le marché français des opportunités d’emploi et de profits considérables. Il faudrait pour cela autoriser la culture de nouvelles variétés de chanvre, sélectionnées pour leur forte teneur en cannabidiol et non pour leur production massive de paille et grains, comme c’est le cas actuellement. La vente de feuilles et de fleurs de production française n’est de plus pas à l’ordre du jour, présentant un frein de développement total sur le marché du CBD pour les producteurs français.

La filière française est donc particulièrement surveillée. Lors d’un déplacement dans la Creuse en avril 2019, le Premier Ministre Édouard Philippe a pourtant promis d’étudier la demande des cultivateurs français et de considérer l’autorisation du cannabis thérapeutique en France. En plus d’ouvrir de nouveaux horizons à la recherche médicale, cela pourrait également avoir comme effet de permettre l’expansion de la culture du chanvre en France.

Opportunités et limites de développement grâce au CBD

Chanvre-usage-thérapeutique
La culture du chanvre à usage médical répond à des conditions très strictes

Aujourd’hui, le prix moyen à la tonne est estimé à 100€ pour la paille et 900€ pour les graines. Si les prix de revient de la tonne de CBD sont inconnus du fait de l’absence actuelle de marché, ils devraient cependant facilement égaler, voire dépasser les chiffres actuels.

Pour autant, le chanvre dit de bien-être, comme ce pourrait être le cas du CBD, ne semble faire l’objet d’aucune préoccupation du gouvernement français. Les opportunités de développement de la culture du chanvre en France pourraient alors bien se voir largement limitées par la considération seule du cannabis thérapeutique. Ce dernier s’accompagne en effet de conditions de culture drastiques, souvent seulement accessibles aux grands groupes, et ne profitant donc pas aux plus petites exploitations agricoles.

Une culture écologique et responsable

En plus des nombreux avantages évoqués, tant sur le plan industriel que médical ou du bien-être, le chanvre est une plante écologique, parfaitement adaptée à des modes de culture responsables. Il est ainsi notamment économe en eau, bénéfique pour les sols et se passe facilement de pesticides.

En bonus, le chanvre est un composant de choix dans la création de bioplastiques. Léger et biodégradable, le plastique créé à partir de la cellulose contenue dans les tiges de chanvre possède un double avantage concurrentiel : il est plus écologique, mais également moins cher à produire.

One comment In This Topic:

Comments are closed.

Panier Article supprimé. annuler
  • Aucun produit dans le chariot.